14 views
Analyse comparative du financenement des universités === ## Chercheurs Professeurs de l’équipe: - Pr. Pier-André Bouchard St-Amant (ÉNAP, chercheur principal) - Pr. Nicolas Marceau (UQÀM) - Pr. Olivier Bégin Caouette (UdM) - Pr. Alexandre Beaupré-Lavallée (UdM) - Pr. Martin Maltais (UQAR) - Pr. Eric Ness (Georgia State) - Pr. Deana Rexe (Simon Fraser) - Pr. Jens Jungblut (University of Oslo) - Pr. Nick Vikander (City University of Copenhagen) - Pr. Nicoline Frølich (Nordic Institute for Studies in Innovation, Research and Education) - Pr. Stéphane Pallage (Recteur, Université du Luxembourg) ## Résumé La codification administrative dictant le transfert des fonds publics aux universités se nomme une « formule de financement ». Cette codification affecte les comportements et décisions des universités. Par exemple, en codifiant une formule qui dépend plus des inscriptions étudiantes que du nombre de diplômés, on favorise l’accessibilité universitaire et la prise de risque dans les admissions à des programmes, alors que l’inverse favorise des admissions plus élitistes et de meilleur taux de réussite. L’incarnation concrète de ces dosages peut également venir avec des écueils indésirables. Dans une formule basée sur les inscriptions, des établissements pourraient admettre sciemment plus d’étudiants que ceux qu’elle désire voir graduer, formant un « entonnoir » pour tirer profit de la formule. Dans une formule s’appuyant sur les diplômés, un établissement pourrait également choisir de réduire ses standards de réussite pour augmenter ses fonds basés sur les diplômes. Choisir une formule revêt donc un caractère stratégique d’orientation, mais aussi de dosage des incitatifs pour éviter des écueils. Quelle structure de formule de financement fait le meilleur usage des fonds publics? Cette question demande bien sûr d'évaluer comment les établissements réagissent aux différents signaux de prix, mais aussi de réfléchir à ce qui est désirable pour la société. Ces intérêts étant généralement multiples, une formule de financement traduira des arbitrages, ou des tensions, entre différentes conceptions attendues de l'université: production de recherche et de diplômés, maintien de la liberté académique, maintien de la liberté institutionnelle, accroissement de l’accessibilité, arrimage au besoins du marché et ainsi de suite. Ce projet de recherche étudie comment ces conceptions se matérialisent dans les formules de financement existantes ailleurs dans le monde: Colombie-Britannique, Ontario, France, Angleterre, Pays Scandinaves et États-Unis. En étudiant ces formules, on peut dégager les arbitrages conceptuels que d'autres juridictions ont choisies, mais aussi, par des simulations et des exercices de transpositions, voir comment de telles formules pourraient être implantées au Québec. Ces travaux fourniront à l'appareil public de solides connaissances quant à la manière de concevoir les avantages et inconvénients de faire une réforme au mode de financement, permettront d’appuyer ces choix sur des écrits scientifiques, et contribueront au débat public sur la manière de soutenir la production du savoir. ## Liens divers - [Annonce de l'ÉNAP](https://enap.ca/enap/fr/lectureNouvelle.aspx?idNews=33274#.YXA308aQiX0). - [Annonce du FRQ](https://frq.gouv.qc.ca/le-ministere-de-lenseignement-superieur-et-les-fonds-de-recherche-du-quebec-annoncent-loctroi-dune-subvention-de-recherche-pour-une-analyse-comparative-du-financement-des-un/). - [Descriptif de l'appel de projet](https://frq.gouv.qc.ca/programme/appel-dinteret-analyse-comparative-du-financement-des-universites/). - [Le Groupe de recherche du Professeur Bouchard St-Amant](https://grepa.ca) - [Le Groupe de recherche du Professeur Bégin-Caouette (et autres)](https://www.lires.ca/recherches). - [Groupe de recherche de la Professeure Frølich](https://www.nifu.no/).